Lors de la réunion des ministres français, la question de le CETA a fait grand bruit. En effet, le gouvernement d’Edouard Philippe a abordé son plan d’action. Nicolas Hulot, le Ministre de la Transition Energétique, a appelé à un « véto climatique » afin que le gouvernement puisse toujours avoir une main mise concernant des abus sur le plan climatique par les entreprises, les empêchant de poursuivre les Etats. L’autre point majeur est l’utilisation des OGM. On sait que l’Union européenne est la zone ayant le plus de restrictions vis-à-vis de son utilisation contrairement au Canada. Bruno LeMaire, le ministre de l’Economie et des Finances a tenté de rassurer aussi bien les consommateurs que les éleveurs en affirmant « qu’il n’est pas question de laisser entrer des bêtes élevées aux hormones ».

Ces promesses ne permettent pas de calmer le secteur agricole qui sera le plus impacter par ce traité. Les agriculteurs craignent une concurrence déloyale voire une invasion des produits canadiens due notamment à la baisse des barrières tarifaires. De plus, la question du tribunal d’arbitrage ajoute une menace supplémentaire. Les conditions de son application restent encore très floues et nous ne savons pas si les entreprises auront la possibilité de poursuivre un pays qui serait un frein à leur expansion dans le pays où elle s’est installée. Un abus de pouvoir que la Wallonie avait mis en avant alors qu’elle était la seul région à s’opposer au traité en 2016 lors des négociations.

Cet accord est vu comme le premier du genre pour l’Union Européenne mais aussi comme un exemple pour les futurs accords commerciaux, ce qui effraie une partie de la population européenne. Le traité de libre-échange avec le MERCOSUR et le Mexique est également en cours depuis plusieurs années et les mêmes questions se posent quant à la qualité et quantité des produits agricoles qui devront atterrir sur notre marché suite à ce traité.

Sources:
https://www.touteleurope.eu/revue-de-presse/ceta-le-gouvernement-francais-devoile-son-plan-de-mise-en-oeuvre.html https://www.challenges.fr/economie/agriculture/accord-de-libre-echange-ue-canada-la-filiere-bovine-alerte-sur-la-menace-sans-precedent-du-ceta_508738