Après une longue période de négociation et de transition, le Royaume-Uni a quitté officiellement l’Union Européenne le 1er Janvier 2021. Cependant, selon un sondage de The Guardian, plus de 6 britanniques sur dix pensent que le Brexit ne s’est pas bien déroulé et seulement 1 personne sur dix pense qu’il s’est mieux déroulé que prévu. De plus, 42% des partisans du Brexit qui avaient donné leur voix en 2016 affirment avoir dorénavant une vision négative du processus de retrait. Les pénuries de produits de première nécessité, de main d’œuvre ainsi que la démission du ministre du Brexit David Frost le 18 décembre en seraient la première cause.

La défiance des « pro-Brexit »

L’agence d’études Opinium démontre une défiance des pro-Brexit qui se manifeste de manière plus explicite. En effet, durant le processus de retrait de l’Union, la majorité des personnes y étant favorables estimaient que le Brexit était une bonne chose. Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, puisque « 26% des pro-Brexit disent que la sortie de l’UE s’est moins bien passé que prévu. Cette disposition manichéenne des pro et anti-Brexit n’est alors plus d’actualité : « les pro-Brexit sont un peu plus divisés » selon Opinium.

Les citoyens britanniques plus impactés que les Européens par les pénuries

Au Royaume-Uni la crise sanitaire a eu des effets dévastateurs tant au niveau social qu’économique. Mais il a aussi subis les effets du Brexit que nous avons pu constater sur le plan de l’approvisionnement des supermarchés et des restaurants. Ainsi, une étude YouGov montre que les pénuries durant l’année 2021 ont touché les britanniques de manière plus significative que le reste de l’Europe.

Quant aux pénuries de main d’œuvre, elles s’expliquent en partie par le fait qu’habituellement, des migrants saisonnier d’Europe de l’Est se rendaient sur le territoire et donc permettait de faire marcher l’économie. Le Brexit a rendu leur accueil plus complexe.

Des PME non opérationnelles face aux contrôles douaniers

Le patronat britannique a alerté sur le fait que les PME ne soient pas préparées aux nouvelles dispositions de contrôles à la frontière. Ce sont d’ailleurs les entreprises du secteur alimentaire qui sont le plus touchées par ce manque de préparation. Même si l’annonce de ces mesures date de septembre, cela n’a visiblement suffit aux PME. En effet, selon la Food and Drink Federation un tiers des petits importateurs britanniques n’ont même pas connaissance de l’arrivée de ces nouvelles règles dont seulement 1 sur 4 est prêt.



Une croissance perturbée

Alors qu’en octobre, le FMI a souligné une croissance du Royaume-Uni de 5% en 2022, les nouvelles règles douanières émanant du Brexit perturberont le cours de cette évolution économique en déséquilibrant les prix. Sans oublier la baisse des échanges commerciaux avec l’UE à venir qui auront un impact considérable selon la directrice générale du FMI.

Sources : https://www.lesechos.fr/monde/europe/au-royaume-uni-une-majorite-delecteurs-pense-que-le-brexit-sest-mal-passe-1375041 https://www.lci.fr/international/brexit-6-britanniques-sur-10-estiment-aujourd-hui-que-la-sortie-du-royaume-uni-de-l-union-europeenne-ue-s-est-mal-passee-2205570.html https://www.lesechos.fr/monde/europe/brexit-les-pme-mal-preparees-aux-nouveaux-controles-douaniers-1375785 https://www.liberation.fr/international/europe/apres-le-brexit-leconomie-britannique-en-big-berne-20210923_GOAIXCIH3VHC7ACLFARHNMHDYQ/